LA LIVRAISON EST OFFERTE POUR TOUTE COMMANDE À PARTIR DE 65€ D'ACHAT !

Nous sommes au bon milieu de l’été, l’armoise est en pleine croissance et l’achillée en fleur ! Enfin en Hongrie c’est ce qu’il se passe. Il y a deux ans je me suis lancé dans l’élaboration d’une huile de massage relaxante. Cette formulation a été inspiré par un passage à vide et une envie de communiquer avec mes ancêtres par les rêves. Je n’en pouvais plus, j’étais éreinté. Un mélange de fatigue et points tendus des suites d’une massive production pour ma boutique en ligne. Pas besoin de vous faire un dessin ici, nous sommes tous passé par là boutique ou pas. Il me fallait trouver une solution rapide et efficace, sans pour autant passer par un masseur professionnel ou des molécules chimiques. Alors bien entendu, je me suis rapidement accommodé d’un régime alimentaire équilibré, moi qui d’ordinaire dois bien l’avouer…. Je mange un peu n’importe comment lorsque je suis en plein rush. Je me suis penché sur deux plantes qui m’ont toujours interpelé. L’armoise et l’achillée millefeuille ont une longue tradition d’utilisation chez nous en Europe. Ces plantes lorsque macérées vous prodigue une huile assez puissante.

Cette huile nous invite à voyager avec elle du monde matériel au monde magique. Des herbes longtemps considérées comme sacrées dans les traditions des femmes, des sorcières et des sages. Utilisez cette huile corporelle pour détendre vos muscles et apaiser votre système nerveux. Pendant vos règles douloureuses ou pendant d’autres moments cérémoniels. Je l’utilise une fois par semaine en massage sur le cops tout entier. Y compris le cuir chevelu ! Une fois que je suis tout badigeonné comme un poulet prêt à rôtir, je m’allonge sur une serviette pendant 45 min. Le résultat est extra ! Cela vaut toutes les séances de relaxation au monde !

Hier j’ai décidé de ne plus commercialiser cette formulation. Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous partager la recette.
Ci-dessous je vous propose de découvrir la méthode pour réussir un macérât huileux, qui vous donnera une huile de massage relaxante aux plantes !

 

 

Récolter de l’Armoise (Artemisia vulgaris) et de l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium) en quantité similaire, par une journée sèche et ensoleillée. Enlevez toutes les parties malades ou souillées. Ne lavez aucune partie de la plante. S’il y a de la saleté sur la plante, frottez-la avec une brosse sèche. Hachez grossièrement vos plantes.

↟ Remplissez à ras bord un pot propre et sec avec vos herbes hachées. Versez lentement votre huile dans le pot (tournesol, amande, ou olive), en poussant avec une baguette ou un couteau pour libérer l’air et assurez-vous que l’huile pénètre entre toutes les couches. Ajouter suffisamment d’huile pour bien couvrir toute la matière végétale et remplir le pot jusqu’au bord.

↟ Fermez votre bocal avec un couvercle. Étiqueter le pot avec le nom des plantes, parties utilisées, ainsi que le type d’huile et la date de fabrication. Conservez votre huile infusée à température ambiante et sur une surface qui ne sera pas endommagée par les éventuels débordements d’huile. Laissez votre huile s’infuser pendant six semaines.

↟ Les plantes peuvent être laissées dans l’huile plus longtemps, mais ont tendance à moisir et à se gâter. L’huile contenue dans la matière végétale après infusion peut être extraite. Mettez de petites poignées dans un torchon propre ou un chiffon en coton; presser et essorer. A la maison nous utilisons une presse car nous fabriquons des bidons de quelques litres pour nos proches et nous mêmes. Mais pour vous, un linge suffit. A noter cependant que le chiffon utilisé sera à jeter.

↟ Laisser reposer l’huile décantée pendant plusieurs jours pendant que l’eau qu’elle contient (provenant de la matière végétale fraîche) se dépose au fond du pot. Puis siphonnez ou versez soigneusement l’huile, en laissant l’eau derrière. Conserver à température ambiante fraîche.

Potentiels soucis des huiles infusées : La moisissure se développe facilement dans les huiles infusées. La présence de toute humidité sur l’herbe ou dans le pot favorise la croissance des moisissures. Si le pot n’est pas rempli jusqu’en haut, la moisissure se développera dans l’espace d’air laissé. Si le pot n’était pas totalement sec lorsque vous l’avez rempli, la moisissure se développera à l’intérieur du pot. Dans tous les cas si un peu de moisissure, c’est récupérable. Il vous faudra retirer la partie contaminée à l’aide d’une cuillère en bois et transvaser votre préparation dans un pot stérile. Les bocaux séchés au four pendant cinq minutes immédiatement avant utilisation évitent ce problème.

Si le pot est exposé au soleil ou laissé près d’une source de chaleur, la chaleur provoquera de la condensation à l’intérieur du pot, fournissant l’humidité nécessaire aux colonies de moisissures. Certaines herbes libèrent du gaz lorsqu’elles infusent. Comme par exemple la consoude. Vous remarquerez peut-être des bulles se déplaçant dans l’huile; ce n’est pas un problème et n’indique pas une détérioration. À l’aide d’une baguette de bois, faite s’échapper délicatement les bulles d’air tous les jours, jusqu’à estompement. L’ajout au contenu d’une ou deux capsules de vitamine E à l’huile décantée permet d’éviter le rancissement. Il vous est aussi possible d’ajouter de la teinture-mère de pin sylvestre si pas fan des capsules de Vitamine E; utilisez environ dix gouttes de teinture pour 200ml. Allez, on va prendre soin de soit maintenant !

Herboristiquement Vôtre,

François